APPROFONDIR SES CONNAISSANCES SUR LA Justice transitionnelle

L’université d’été est l’une des premières activités développées par l’IFJD, dans le pilier « Former ». Elle demeure aujourd’hui un moment essentiel. Organisée chaque année au Pays basque à la fin du mois de juin, elle permet aux étudiants, aux chercheurs et aux professionnels d’approfondir leurs connaissances sur la Justice transitionnelle autour d’un thème. Elle est associée au festival du film et au forum public de Baigorri pour former notre programme d’été.

Éditions précédentes

Une semaine internationale d’échanges
sur la Justice transitionnelle

La Justice transitionnelle doit permettre à une société de faire face à la commission de violations massives des droits de l’Homme, généralement – mais pas exclusivement – lors d’un conflit ou sous un régime autoritaire. Eu égard à leur gravité et à leur caractère systématique, mais également au contexte dans lequel elles ont été commises et à leurs implications, le traitement de ces exactions constitue un paradoxe. Tout en excluant le recours aux voies de droit ordinaires, il présente en effet des enjeux spécifiques, en devant collaborer à la réconciliation et à la non-récurrence des violations. Ce paradoxe explique pour une large part la diversité des structures chargées de la Justice transitionnelle (justice pénale internationale, justice pénale internationalisée, juridictions nationales, juridictions coutumières, commissions vérité et réconciliation etc.). Par-delà cette nécessaire hétérogénéité, des principes ont dû être érigés afin que la Justice transitionnelle remplisse son office et interdise l’impunité et l’amnésie. 

La Justice transitionnelle est donc aujourd’hui fondée sur quatre droits intangibles :

Ces éléments de définition ne suffisent néanmoins pas à comprendre la Justice transitionnelle, tant dans sa nature, que dans ses enjeux. Non seulement, elle est un concept en pleine évolution, mais elle s’applique également dans des contextes extrêmement divers et face à des auteurs, des victimes et des sociétés toujours uniques. Elle doit également répondre à des attentes toujours plus élevées et à des standards toujours plus exigeants, dans un monde où la lutte contre l’impunité et le « Plus jamais ça » sont devenus de véritables leitmotiv, mais où des violations graves des droits humains continuent d’être commises sur tous les continents.

La Justice transitionnelle, un objet d’étude contemporain et en constante mutation

La Justice transitionnelle est donc – en tant que concept et comme processus – un objet d’étude contemporain et en constante mutation. Elle demeure également fondamentalement humaine, car ancrée dans les événements les plus sombres de l’histoire des peuples, mais également empreinte des plus grands espoirs de celles et ceux qui revendiquent et espèrent la justice et le respect de leurs droits, tout autant qu’une transformation profonde de la société dans laquelle ils vivent.

Une université d’été pour approfondir ses connaissances

C’est pourquoi l’IFJD a choisi de consacrer chaque année une université d’été permettant aux étudiants, aux chercheurs et aux professionnels d’approfondir leurs connaissances sur la Justice transitionnelle autour d’un thème unique, permettant d’explorer ses plus grands enjeux actuels, dans une perspective pluridisciplinaire. Au fil des éditions, ce sont ainsi autant les principes de la Justice transitionnelle, que ses interactions avec les peuples autochtones ou les femmes ou encore la problématique complexe de la mémoire qui ont pu être explorés. De même, les incidences du contexte post-conflit et la figure du bourreau ont été analysées.

Un moment fort de rencontres et d’échanges

Au-delà de la transmission d’expertises, l’université d’été est également un moment fort de rencontres entre des participants venus d’horizons divers et des intervenants de haut niveau venus partager avec eux leurs savoirs académiques, leurs expériences de terrain ou encore leurs années d’engagements. Les rencontres se prolongent ensuite autour des deux événements qui accompagnent l’université d’été et sont également proposés au grand public : le festival du film et le forum public. Cette semaine commune passée au Pays basque est donc un événement majeur pour l’IFJD, car il est l’incarnation de ses valeurs : l’engagement, l’excellence et la solidarité.

Programme d'été de baigorri

L’université d’été est destinée aux étudiants et aux professionnels venant du monde entier pour enrichir les compétences qu’ils mettent ou mettront en œuvre sur le terrain, notamment pour accompagner les victimes. Elle se déroule toute la journée au domaine d’Orozonia et elle accueille chaque année une quarantaine de participants venant de nombreux pays.

Le Festival du film documentaire permet chaque soir au grand public de se familiariser avec les thèmes abordés lors de la semaine grâce aux projections, mais aussi par le dialogue avec nos experts, nos témoins et les participants à l’Université d’été. Ces projections sont ouvertes, gratuitement, à toutes personnes intéressées et ont lieu au cinéma Bil Etxea de Saint-Étienne-de-Baïgorry.

Pour clore l’Université d’été et le Festival du film documentaire, l’IFJD organise une journée mêlant tables rondes, films, activités et moments conviviaux, organisés dans divers endroits de Saint-Étienne-de-Baïgorry. Ce forum est ainsi l’occasion de revenir sur les questions évoquées lors de la semaine et d’échanger entre toutes les personnes présentes.

Programme d’été de Baigorri

À voir aussi