entre connaissances nouvelles et réflexion originale

La promotion de la Justice et de la Démocratie et la mise en place de processus de Justice transitionnelle implique qu’un grand nombre d’acteurs sociaux soient informés de l’existence et des principes fondamentaux liés à ces mécanismes pour qu’ils puissent non seulement soutenir de tels processus mais en devenir pleinement acteurs. Dès lors, la transmission des connaissances et la formation sont au cœur des missions de l’IFJD.  Cette préoccupation, qui s’est manifestée très tôt depuis la création de l’Institut Joinet n’a cessé de se renforcer et a conduit à la création d’une École supérieure de la Justice et de la Démocratie. Cette structure qui prendra la forme d’un département spécialisé au sein de l’IFJD qui a commencé à fonctionner à partir du 1er janvier 2021 devra être mis en place selon un calendrier pluriannuel pour être pleinement fonctionnelle en 2028.

Pourquoi ?

Pour atteindre ces objectifs et au regard de la singularité des théma-tiques traitées, l’École se fonde sur une approche pédagogique spéci-fique :

Pour une pédagogie de la pluridisciplinarité

L’analyse des questions liées à l’aide internationale et humanitaire nécessite, en raison de la diversité des problématiques soulevées, d’entrecroiser les disciplines en mêlant au droit, la science politique, l’histoire, l’anthropologie et la psychologie. Si la lutte contre l’impunité revêt un aspect structurellement juridique et judiciaire par les instruments qu’elle mobilise, la compréhension des dynamiques qu’elles révèlent nécessite une ouverture à différentes grilles d’interprétation et d’explication. Les programmes de nos formations sont, dès lors, conçus afin de permettre un dia-logue entre les disciplines, mais aussi entre des enseignants et participants venant d’horizons divers.

Pour une pédagogie de la réalité

Au-delà d’une nécessaire approche académique, la compréhension des mécanismes liés à l’aide humanitaire et internationale implique de connaître et de maîtriser la réalité des situations et des processus. C’est pourquoi, les formations proposées offriront l’opportunité de rencontrer des acteurs à même d’apporter des regards complémentaires et de partager des expériences variées. Aux universitaires, seront donc associés des praticiens, notamment repré-sentants d’ONG, des magistrats, des avocats et tous les autres acteurs impliqués dans les processus étudiés, afin de permettre aux étudiants une meilleure connaissance et compréhension des réalités et des professions impliquées.

Pour une pédagogie de la complexité

Les formations proposées au sein de l’école s’inscrivent résolument dans une vision réaliste des mécanismes d’aide internationale et humanitaire. Mettant en relation et très souvent en conflit des hommes et des femmes mar-quées par les épreuves et les traumatismes endurés, la dimension affective liée au contexte et à ses acteurs ne saurait être écartée. La compréhension impose en effet une véritable immersion dans cette réalité et une réflexion quant à la distanciation qu’elle impose. Ainsi, outre les enseignements dispensés par des praticiens œuvrant sur le terrain, une place significative sera donc faite à la rencontre et l’échange avec des acteurs et témoins.

Pour une pédagogie de la proximité

Les enseignements seront proposés en hybride pour permettre aux participants d’être présents sur site, et en contact direct avec leurs enseignants s’ils le souhaitent. Les cours pourront être suivi en présentiel et à distance selon le lieu de résidence de l’étudiant. Toutefois, des mesures – cours en direct, disponibilité de l’équipe pédagogique pour des échan-ges et conseils personnels, disponibilité de l’équipe d’encadrement pour répondre aux questions pratiques et aux difficul-tés techniques – seront mises en œuvre pour que l’étudiant ne se retrouve jamais seul face à son ordinateur. 

Comment ?

L’École supérieure de la Justice et de la Démocratie poursuit trois principaux objectifs :

Proposer des formations académiques spécialisées

Ces formations sont destinées au public académique – étudiants et chercheurs – souhaitant développer des compé-tences spécifiques et à ceux qui souhaitent faire de l’accompagnement des processus de démocratisation et de Justice transitionnelle leur métier, en tant qu’acteurs de terrain. L’Institut organise une université d’été chaque année en France, mais aussi des formations destinées aux étudiants dans d’autres pays. Il crée également en partenariat avec le monde universitaire des formations diplômantes : Diplôme d’université ou Master. 

Proposer des formations pour les professionnels

Ces formations s’adressent à des professionnels déjà impliqués dans les processus de démocratisation et de Justice transitionnelle ou dont le métier implique de disposer de connaissances et/ou de compétences en la matière. L’IFJD offre des formations dispensées aux acteurs des Commissions Vérité et Réconciliation, mais aussi aux avocats, aux magistrats, aux agents des organisations de la société civile ou encore aux acteurs des ONG.

Sensibiliser l’ensemble des publics

Pour ce faire, l’IFJD s’engage dans le développement d’outils d’information, mais aussi dans l’organisation d’événements adaptés aux actions de sensibilisation. Le développement d’outils numériques, la mise en place d’une chaîne Youtube, le Festival du film documentaire organisé chaque année, mais aussi nos Forums publics concourent à atteindre cet objectif.

À voir aussi