entre connaissances nouvelles et réflexion originale

L’IFJD crée, en son sein, un Observatoire de la justice et de la démocratie, destiné à produire des connaissances nouvelles et à contribuer à une réflexion originale, dans l’objectif d’accompagner les processus de transition démocratique et de Justice transitionnelle. La recherche est l’un des piliers de l’Institut dans sa politique de renforcement des actions en faveur de la justice et de la transition. Au-delà de la connaissance pragmatique du terrain et de ses nécessités, il importe que les processus mis en place s’appuient sur une réflexion approfondie et documentée. La recherche est également essentielle à la compilation des réflexions et documents relatifs à ces questions. L’Observatoire joue un rôle majeur dans la détermination de la doctrine de l’Institut concernant ces processus. Il entend notamment analyser les mécanismes, les instruments et les conditions de leur réussite effective. Cette réussite est en en effet – partout – un véritable défi, alors même que les processus de transition et de Justice transitionnelle sont des moments décisifs de transformation des conditions de vie des individus, des groupes, des sociétés et des États.

Pourquoi ?

Il s’agit ainsi de contribuer à l’émergence d’une doctrine franco-phone de la Justice transitionnelle. Cette doctrine qui se construira au fil des travaux et des recherches nous parait devoir s’articuler au-tour de quelques principes :

Pour une Justice transitionnele de la globalité

Fidèle aux positions défendues par Louis Joinet à la fin des années 1990, l’Institut en développe en effet une conception globale autour de ses quatre piliers : droits à la vérité, à la justice, à la réparation et aux garanties de non-répétition. La complexité des situations et des enjeux impose de construire une réponse globale pour faire face à des enjeux complexes que la seule réponse pénale, pour essentielle qu’elle soit, ne peut prétendre résoudre.

Pour une Justice transitionnelle de la complexité

Ici, les considérations juridiques devront être associées et parfois même confrontées à d’autres approches intellec-tuelles – même critiques – également non seulement recevables et absolument nécessaires. Nous espérons ainsi constituer un espace de médiation et de dialogue entre les disciplines scientifiques, entre chercheurs, praticiens, militants et témoins, ainsi qu’entre les générations et les cultures.

Pour une Justice transitionnelle de la créativité

Il s’agit de faire vivre les piliers Joinet dans leur esprit autant que dans leurs mécanismes. Pour Louis Joinet, il s’agissait de dépasser l’application mécanique des règles juridiques en vigueur pour tenter de faire face à des situations exceptionnelles de sorties de conflits ou de révolutions démocratiques. Cette approche faite d’imagination et d’audace doit être poursuivie pour repousser encore les frontières intellectuelles et procédurales de la Justice transitionnelle. 

Pour une Justice transitionnelle de l'opération

La Justice transitionnelle avant d’être un concept fait d’abord face à une réalité à laquelle elle tente d’apporter une réponse pragmatique et effective. Il s’agira pour nous de valoriser la recherche-action, c’est-à-dire une méthodologie consistant à mener en parallèle et en corrélation l’acquisition de connaissances scientifiques et des actions concrètes et transformatrices sur le terrain. Cette démarche permet complémentarité et réflexion critique.

Comment ?

L’Institut Louis Joinet, au travers de l’observatoire de la justice et de la démocratie, mène ses recherches, seul ou en partenariat, grâce à quatre instruments principaux :

La rédaction ou la coordination d’études et d’analyses

Ces travaux concernent différents aspects de la justice et de son rapport à la démocratie. Ils peuvent porter sur des questions globales et générales mais aussi consister en des études nationales ou thématiques. L’objet de cette réflexion est de construire une doctrine globale de la Justice transitionnelle et de proposer différents instruments d’analyse et de compréhension des réalités de terrain.

Les débats et discussions

L’Observatoire se veut être un espace de dialogue entre les points de vue et les disciplines et favorise dans cette perspective des conversations et échanges. Ces temps de discussions portent sur des sujets innovants et originaux. Ouverts aux chercheurs et aux étudiants avancés, ils contribuent aussi à la réflexion et à la sensibilisation en matière de Justice transitionnelle.

La constitution d'une banque de données

Recueil de témoignages, bibliothèque numérique et physique, bibliographie, filmographie, etc. Dans la mesure du possible, cette banque de données est mise à la disposition du public.

La promotion et la diffusion des travaux académiques dans le domaine de la Justice transitionnelle

L’IFJD publie ses propres résultats et travaux grâce à ses activités éditoriales. Il met également sa collection « Transition & Justice », diffusée par les Éditions LGDJ, à la disposition des autres chercheurs, dont il édite ainsi les recherches. Enfin, il publie chaque année – dans le cadre de son Concours de thèse, devenu en 2020, le Prix Joinet – deux thèses, l’une primée dans la catégorie Démocratisation, la seconde distinguée dans la catégorie Justice pénale internationale et droit international humanitaire.

À voir aussi